Communiqués de presse - 31 Juil 2015

Xylella fastidiosa

La menace que représente Xylella fastidiosa pour l’agriculture française se précise avec un premier végétal porteur de la maladie découvert dans une zone commerciale du sud de la Corse la semaine dernière. Depuis le départ de cette crise sanitaire en début d’année, la FNSEA, la FNPHP, la FNPF, la FOP et JA se sont montrés particulièrement vigilants.

Soulignons que les efforts mis en œuvre par le ministère de l’Agriculture et les DRAAF, avec l’appui des organisations professionnelles concernées, pour déployer depuis plusieurs semaines un plan de surveillance, commencent à payer. Aujourd’hui, il convient aussi de saluer le travail de la FREDON Corse qui a identifié le végétal contaminé. Travail qui ne peut être fait convenablement sans l’augmentation de ses moyens. C’est pourquoi nous serons vigilants quant au respect des annonces du ministre de l’Agriculture M. Stéphane Le Foll concernant les 100 000 euros accordés à la FREDON Corse et le doublement de ses effectifs.

La situation n’est toujours pas sous contrôle. De nouvelles plantes infectées ont été trouvées en Corse le 30 juillet, ce qui est d’autant plus inquiétant.  La préservation des activités agricoles et des paysages de l’Ile sera légitimement la priorité des services de l’Etat pour les prochains jours, avec le déclenchement très rapide d’un plan d’urgence (point sur la situation : http://agriculture.gouv.fr/foyer-de-xylella-fastidiosa-en-corse-propriano) et le déploiement d’une mission d’expertise en parallèle des premiers retours des analyses menées sur des prélèvements effectués sur des oliviers à proximité du végétal malade (tous négatifs pour l’heure).

Dans ce contexte, la FNSEA, la FNPHP, la FNPF, la FOP et JA , engagés dans la lutte contre Xylella, souhaitent rappeler à tous les opérateurs des filières concernées qu’au-delà des plans déployés par les pouvoirs publics, la vigilance de tous les professionnels reste la meilleure arme de défense contre ce qui se présente comme un fléau pour beaucoup de productions agricoles et horticoles.

En effet, en fonction de la souche, Xylella fastidiosa peut s’attaquer aux cultures typiquement méditerranéennes (Olivier, Vigne, Agrume, Amandier, etc.), mais aussi à d’autres arbres moins ciblés géographiquement.

Ce sont près de 200 espèces végétales qui sont menacées par les différentes souches. La Bactérie pourrait donc mettre à mal les paysages de notre pays en détruisant le patrimoine arboricole, viticole, horticole et forestier, ainsi que l’outil de production des exploitations des filières végétales, en particulier les cultures pérennes. C’est pour cela que l’expertise de tous les acteurs professionnels doit être mobilisée. Il ne s’agit pas d’analyser systématiquement tous les végétaux présentant des signes de dessèchement mais de s’appuyer, en cas de doute, sur le réseau technique de la région concernée.

Enfin, nos organisations souhaitent que soient mises en œuvre dès maintenant des mesures de contrôles et des mesures prophylactiques sur les plants importés, afin de réduire les risques de propagation.

Contacts presse :

  • FNPHP (Fédération Nationale des Producteurs de l’Horticulture et des Pépinières) : Julien LEGRIX, Directeur, 01 42 38 63 63
  • FOP (Fédération française des producteurs d’Oléagineux et de Protéagineux) : Olivier NASLES, Responsable professionnel pour l’olive, 06 09 54 04 61
  • JA (Jeunes Agriculteurs) : Roger CHOIX, Responsable professionnel pour les fruits et légumes, 06 22 61 63 73
vulputate, dapibus neque. venenatis suscipit lectus amet, Sed elit. Aenean dictum libero