Actualités Communiqués de presse - 25 Mai 2021

Déclinaison française de la PAC : la FOP se félicite de l’ambition affichée en faveur du développement des protéines en France

PARIS, le 21 mai 2021

 

Le Conseil d’administration de la FOP (Fédération des producteurs d’Oléagineux et de Protéagineux), réuni ce jour pour une séance exceptionnelle, a examiné les premiers arbitrages du Ministre de l’agriculture concernant le plan stratégique nationale (PSN) dont un des axes prioritaires vise à renforcer la souveraineté en protéines végétales de notre pays.

Dans le droit fil de ses positions antérieures, la FOP tient à réaffirmer tout son attachement à la mise en place d’un plan de relance des protéines végétales ambitieux tant au niveau français qu’européen. Ce plan de relance est en effet une formidable opportunité pour le secteur des grandes cultures et le secteur de l’élevage en leur permettant de répondre efficacement aux attentes de la société. La FOP se félicite donc de la reconnaissance de cet intérêt majeur dans les orientations stratégiques du PSN.

Elle souligne aussi que ce plan ne pourra être une réussite que s’il permet, sous l’impulsion des agriculteurs, une véritable structuration des filières. A ce titre, la FOP relève l’ouverture faite au titre des programmes opérationnels et fera des propositions en ce sens afin notamment de promouvoir la compétitivité et l’attractivité des cultures riches en protéines. Elle demande aussi à ce que le dispositif d’aides couplées accompagne cette volonté de créer de la valeur au sein de filières organisées.

Enfin, la FOP tient à rappeler qu’elle restera particulièrement vigilante sur la finalisation des derniers arbitrages, notamment ceux ayant trait aux bonnes conditions agronomiques et environnementales (BCAE) qui doivent répondre aux réalités du terrain plutôt qu’à une approche technocratique.

Commentant ces mesures, le Président de la FOP, Arnaud ROUSSEAU, a déclaré : « Je relève que l’objectif exprimé par le Président de la République de favoriser la souveraineté protéinique et alimentaire de notre pays est bel et bien conforté et confirmé. Toutefois, la vigilance demeure tant que tous les arbitrages ne sont pas connus. Il en est ainsi de l’éco-régime qui doit être accessible à tous et des mesures du second pilier qui doivent être pragmatiques. Par ailleurs, tout ceci serait sain sans une véritable réflexion sur les facteurs de production et les mécanismes de gestion des risques. Il convient de poursuivre ce travail collectivement au sein de la FNSEA afin de concrétiser notre stratégie gagnant-gagnant pour la performance agro-écologique de la ferme France ».

 

Contact : Thibaut LEDERMANN – 06 50 69 20 08

lectus ultricies commodo suscipit ut libero. Lorem eget id, Praesent eleifend felis